Trônant fièrement sur notre bar il y a deux pompes à bière qui sortent de l’ordinaire. Si vous commandez une bière « cask », vous verrez alors le serveur littéralement pomper la bière dans votre pinte plutôt que simplement ouvrir le robinet pour voir couler la bière. Mais ce type de service n’est pas qu’une simple curiosité. C’est carrément une façon unique d’offrir et de goûter la bière.

Autour de 1797, les pompes manuelles comme la nôtre (beer engine) commencent à être de plus en plus répandues. Avant cela, soutirer de la bière au pub pour le service aux clients était toute une corvée. N’ayant aucun moyen

Le Potboy vendait aussi la bière dans les rues.

« …ou elle était soutirée des barils au cellier. Généralement, c’était là le travail des potboys. Un travail très dur, souvent confié à de jeunes garçons, de transporter sans arrêt des pintes ou litres de la cave jusqu’au bar! C’est donc le progrès mécanique qui offrit une solution à cet incessant va-et-vient. »

d’emmener directement la bière au bar, soit elle était directement servie du fût sur le comptoir, ou elle était soutirée des barils au cellier. Généralement, c’était là le travail des potboys. Un travail très dur, souvent confié à de jeunes garçons, de transporter sans arrêt des pintes ou litres de la cave jusqu’au bar! C’est donc le progrès mécanique qui offrit une solution à cet incessant va-et-vient.

Plus rustique même, certaines brasseries à l’ancienne fermentait la bière directement dans le tonneau qui était bouché avant la fin de la fermentation, retenant ainsi du Co2 issu de cette dernière. La bière pouvait ainsi avoir un taux de gaz satisfaisant, mais elle devait tout de même être servie très rapidement pour ne pas s’éventer. L’expression « Quand le vin est tiré, il faut le boire » fait écho à cette époque. C’était toutefois une méthode très « rustique » de par les trop nombreux sous-produits de fermentations toujours présent dans le fût scellé.

IMG_3172

La bière « cask » avant de s’être placée a un aspect brouillé, mais elle devient ensuite très claire et brillante.

L’ère moderne de la bière « cask », c’est tout autre chose. Les caractéristiques d’une bière « cask » servie à la perfection sont une température de service de 10 à 12 degré, (température dite « cellier »), idéale pour la consommation d’Ales et de Porter. Le taux de gazéification est plus bas qu’une bière dites « pression », car le surplus de gaz non incorporé dans le liquide est enlevé lorsque le « cask » est à la bonne température de service. De plus, nous utilisons un « sparkler », petite pièce qui force la bière au travers de petits trous, libérant ainsi les arômes du houblons. Car en plus, la bière cask peut être houblonnée à cru (dry-hopped), méthode qui consiste à ajouter du houblons directement dans le baril, ajoutant ainsi beaucoup de parfum à la bière.

Finalement, cette méthode de service se révèle assez complexe et mérite beaucoup d’efforts de la part du tenancier/brasseur.Nous croyons à l’Albion que la promotion de la bière en cask doit se faire adéquatement, et que pour ce faire un service impeccable est indispensable. Le mythe que la bière cask est chaude et flatte vient de personnes qui ont servi de la bière « cask » de façon peu appropriée, point à la ligne. La vraie pinte bien servie se doit d’être un délice pour les yeux et les papilles! Et comme nous sommes en Amérique du Nord, nos pintes sont toujours coiffées d’une belle mousse tenace.

Publicités