Devise de l’Albion

2 commentaires

« Des bières anciennes, modernes et oubliées. »

Cette devise que nous chérissons à la brasserie n’est pas une phrase choisie à la légère. Si le courant dans le monde brassicole est souvent soit dans le respect des traditions (ex: Allemagne, République tchèque, Angleterre, Belgique…) ou dans l’innovation (ex: États-Unis, Québec, Italie, Japon…), nous croyons en autre chose. La recherche de recettes issues de fonds d’archives de brasseries anglaises (et bientôt locales) couplé à une étude des anciennes techniques de brassage et de fermentation, fait que nous produisons certaines bières tellement « traditionnelles » que leur goût au final peut sembler une « innovation ».  Nous n’innovons donc pas en inventant de nouveaux styles ou en utilisant des ingrédients exotiques, mais bien en déterrant des ingrédients et techniques du passé.Albion logo

Par exemple: « Bières anciennes »

Faire vieillir un Keeping Porter (recette de 1848 issue de la brasserie Barclay Perkins) en cuve de chêne durant 18 mois; maturation extrêmement longue par rapport au brassage moderne, l’houblonné à froid et laisser les brettanomyces (levures essentielles des anciennes stock beers) produire une véritable deuxième fermentation. De plus, pour avoir le résultat final qu’est notre Porter Victorien, cela ne s’arrête pas là… Nous brassons aussi un Running Porter, c’est à dire un porter non-vieillit (maturation moderne standard) que nous mélangerons au Keeping Porter un fois ce dernier arrivé au terme de sa lente maturation. Cet assemblage n’est pas sans rappeler le monde des vins, whiskys et des lambics belges. Si le résultat final présente définitivement des saveurs « innovatrices », elles sont en fait 100% « traditionnelles », elles ne sont que d’une autre époque! Ça c’est un des volets qui nous fait le plus tripper à l’Albion et qui, nous croyons, rend notre brasserie unique en son genre. Par exemple, le seul endroit où vous pouviez déguster un Porter Victorien ou une East India Pale Ale d’époque avant que l’Albion ne les ressuscite était d’emprunter la DeLorean de Doc et de faire un voyage dans le temps!

« Bières modernes »

Pour ce qui est du volet bières modernes, nous ressemblons en fait au brasseries familiales d’Angleterre. Bitter, Mild, Pale Ale, IPA, Porter, Stout et leurs variantes. Avec quelques excursions dans les styles du Nouveau-Monde aussi. Si cela est moins « spécial », il n’en demeure pas moins que brasser une bonne Bitter ou une bonne Mild à 4% et moins est une défi technique de taille. Les amateurs qui croient que ces bières accessibles sont faciles à brasser se trompe royalement! En fait, il est beaucoup plus facile de camoufler des problèmes au niveau du brassage dans une Double IPA que dans une Bitter par exemple.

« Bières oubliées »

Si le « recherche et développement » des bières anciennes est difficile, celui de nos bières oubliées est pire encore. Des styles complètement disparus tel la Windsor Ale et la Ealath sont découvert parfois dans des endroits saugrenus, une vieille encyclopédie de la fin du 18ème par exemple. Certains détails manque aussi parfois, et l’on doit chercher ailleurs. Certaines épices de la Windsor par exemple sont très rares et très chères et les herbes utilisées dans la fabrication de la Ealath doivent être cueillie à la main, à maturité, vu la grande quantité nécessaire à son brassage. Dans les années qui viennent, l’Albion s’efforcera de vous surprendre de plus en plus en exhumant des bières anciennes et oubliées des tréfonds de l’Histoire.

P.S: Le Porter Victorien sera de retour sous peu à l’Albion (fin de l’été-début de l’automne) 🙂

P.P.S: Si quelqu’un a accès à de vieilles recettes issues de brasseries défuntes du Québec, communiquez avec nous!

Publicités

Falcon Punch, pale ale à l’américaine.

Un commentaire

Signification du nom

falcon logo découpé

FALCON PUNCH! 64 bits et presque autant d’IBU.

Falcon Punch, quossé ça? Comme toutes nos bières qui entrent dans la catégorie « bières du Nouveau-Monde » ou « à l’américaine » comme dans ce cas-ci, nous avons choisit un nom qui s’inscrit dans la culture plus « geek ». Un Falcon Punch est un coup de poing dévastateur du Captain Falcon, célèbre pilote du Falcon Blue. Une bière donc à l’américaine, punchée, mais avec notre propre touche typique de l’Albion.

Style de bière

Les pale ales à l’américaine sont l’interprétation Nouveau-Monde d’un style originaire d’Angleterre. De blonde à rousse, de légèrement amère à tranchante, elles présentent souvent des arômes et des goûts rappelant les agrumes et autres fruits tropicaux (voire même la résine de pin)! Ce type de bière de même que les I.P.A est extrêmement en vogue au sud de la frontière.

Inspiration

Pour la base de malt, ainsi que la levure, cette bière penche plus du côté britannique. Les houblons eux sont de la côte ouest américaine. L’Inspiration va donc de la St-Ambroise pale ale de McAuslan à la Liberty Ale de Anchor.

Capsule historique

L’histoire des Pale ales est intiment liée à celle des Bitters. C’est en fait la même. La grande différence était souvent que les pale ales étaient les versions en bouteilles des bitters servie cask. Les recettes variaient toutefois, le taux d’alcool étaient généralement plus haut de même que l’houblonnage. Aux U.S.A, un américain (Fritz Maytag) créa une pale ale avec une nouvelle variété (le Cascade) en 1975, la Liberty Ale. Les pale ales à l’américaine commencèrent alors lentement à apparaître.

Un pionnier dans l'utilisation de nouveaux houblons

Un pionnier dans l’utilisation de nouveaux houblons

À qui cette bière s’adresse

Cette bière s’adresse à un public qui recherche une bière plus amère, plus corsée. Ces parfums et goûts d’agrumes font toutefois que plusieurs n’appréciant pas « le goût de la bière » restent surpris et l’apprécient. Si vous n’avez jamais goûté de pale ale à l’américaine la Falcon est, nous croyons, un bel exemple du genre. La nôtre, sans être extrêmement houblonnée, est pleine de caractère.

Chiniquy, Mild Ale.

Laisser un commentaire

Signification du nom

IMG_2628

« bière de tempérance » évêché oblige!

Le nom de cette bière, Chiniquy, est un petit clin d’œil historique. Charles Chiniquy était un religieux prohibitionniste, fervent militant anti-alcool haut en couleur et controversé. Notre bière, à 4% d’alcool, est presque une bière de tempérance (elle aurait sûrement passée au conseil) Mais si son taux d’alcool pardonne, elle est très loin d’être insipide et sans goût!

Style de bière

Le style « mild ale » et aujourd’hui très peu fréquent, même dans son pays d’origine. Avant les années soixante, c’était toutefois la bière qui était servie d’office si vous commandiez « une bière » au comptoir en Angleterre. Aujourd’hui, ce style de est caractérisé par des saveurs plus maltées qu’houblonnées , par un taux d’alcool habituellement entre 2.8 et 4.5% et une couleur variant de blonde à presque noire selon les versions. Une de ses facettes des plus importantes est toutefois sa grande aisance à être bue lors d’une « session ». Par « session » on entend la consommation de 4 à 7 pintes en jasant, sans se ramasser affaler de tout son long!

Inspiration

Notre inspiration pour cette bière provient de quelques exemples anglais, disponibles seulement dans les pubs. La XX Mild de Greene King par exemple. Ce type de bière n’existe d’ailleurs à peu près pas en bouteilles, et rarement « draught ». C’est la bière par excellence du service « cask ». Considérant qu’un des ingrédients essentiel d’une vraie Mild sont des sucres de brassage spéciaux, et que ceux-ci sont fait ici même, faute de disponibilité, nous offrons donc une des très rares mild authentique en Amérique.

Capsule historique

Mild ale est le plus vieux style de bière anglais continuellement brassé depuis l’époque d’avant Guillaume le Conquérant (William the bastard ;)). Avant même 1066 des bière se nommaient « lithes aloth« , mild ale en anglais moderne. Mais comme les autres styles, il a beaucoup changé de visage avec les années. Notre interprétation en est une « post 2ème Guerre ». Pour goûter un type de Mild plus ancien, notre X Ale élaborée selon une recette de 1830 est un exemple parfait de ce que Mild voulait dire au 19ème siècle.

william_bayeux

« lithes aloth »… sûrement très différent d’une mild moderne 

À qui cette bière s’adresse

Comme pour l’Albion, cette bière s’adresse à tous. Car si elle très facile d’approche et que son houblonnage est tout en retenue, sa complexité est étonnante. On peut la boire sans réfléchir en jasant, mais s’arrêter pour la déguster pleinement est loin d’être une perte de temps!

p.s: Ne pas la boire « cask » quand elle est disponible est presque un crime!